Vous trouverez sur ce blog, au fil des jours et des mois, les oeuvres réalisées par le Maitre Calligraphe Shi Bo, ainsi que les stages qu'il propose, ses livres numérotés et autres parutions, ses commentaires ....... Que la visite vous soit un enrichissement.
L'administratrice : Sérénité'art

vendredi 19 janvier 2018

A BEIJING, VISITE À DES AMIS

Sur le mur, un papier finement découpé représente les signes du zodiaque chinois.

A Pekin, la vie continue :  ainsi, j'ai rendu visite à des amis et leur ai offert cette calligraphie.


                                                      Souhaits pour la nouvelle année !

谐韻祥和

qui signifie "Harmonie et  bonheur"


samedi 6 janvier 2018

MES EXERCICES CALLIGRAPHIQUES - 54


當戶一輪唯曉月
掛簷數片是秋雲

Ne possédant que la lune matinale illuminant ma demeure
Et quelques nuages automnaux accrochés aux auvents






vendredi 22 décembre 2017

vendredi 15 décembre 2017

L'INTENSITE DE L'ENCRE : MISE EN VALEUR PAR LE DEGRADÉ DES VALEURS


La calligraphie est un constant processus de recherche de beauté. Avec la différence de densité de l’encre les calligraphes chinois cherchent à mettre en valeur tel ou tel mot, ou bien tel ou tel trait. Voici quelques exemples :
明月高照 
L’ombre qui accompagne le noir intense renforce l’éclat de la lune suspendue dans les cieux.

大海 
 le mot "da" grisé renforce l’impression d’immensité de la mer.

怒濤 
La colère des vagues est mise en évidence.

心書 
C’est le cœur qui s’exprime à travers la calligraphie.

風月 
Le vent est flou et léger.

墨韻 
Ci dessous, on veut mettre l’accent sur l’encre.

vendredi 1 décembre 2017

MES EXERCICES CALLIGRAPHIQUES - 53



東風萬里送香來
上界千花向日開


Venu de très loin
Le vent d’Est amène le parfum
La grande nature offre mille fleurs épanouies au soleil




samedi 4 novembre 2017

PROVERBES 111 À 115



111


说到曹操  曹操就到

shuō dào cáo cáo   cáo cáo jiù dào
 : dire ; parler

 : arriver

 : un nom de famille
 : prendre ; l’exercice physique
 : déjà

  : dào arriver - parvenir à 

Quand on parle de Cao Cao, il arrive aussitôt ; quand on parle du loup on en voit la queue.

Note : Cao Cao (曹操  , 155-220), homme d’Etat et stratège à la fin des Han de l’Est (东汉 ),  est très populaire en Chine depuis des siècles grâce au roman historique intitulé «L’Histoire romancée des Trois Royaumes »,  ou  « Le San Guo Yan Yi » (« 三国演义 » ). D’ailleurs Cao Cao est présent dans de nombreuses pièces de théâtre en tant que symbole de fourberie ou bien au contraire d’intelligence et de stratagèmes.

112
四面楚歌

sì miàn chǔ gē
 : quatre
 : le visage ; le côté
 : le nom d’une principauté ancienne
 : la chanson 
Les chants de Chu s’élèvent de tous cotés ; être attaqué de tous les côtés ; être aux abois .
Note : En l’an 202 av. J.-C., l’armée de Xiang Yu (项羽 ), roi-hégémon de Chu ( 楚霸王 ), était encerclée par celle du roi de Han ( ), Liu Bang (刘邦 ). Une nuit, Xiang Yu entendit se répandre dans les rangs de l’armée de Han des chants de Chu et se figura que Liu Bang avait déjà conquis tout le territoire de son royaume. D’où cette expression signifiant « être aux abois ».


113

死馬當活馬醫
     Si ma dang huo ma yi

 : mourir
 : cheval
 : considéré comme
 : vivre
 : guérir, soigner 
Ne pas considérer quelque chose comme perdu
Faire tout son possible pour sauver la situation désespérée.
 114

死灰復燃

   Si hui fu ran
 : mourir
灰: cendre
 : de nouveau ; recommencer
 : brûler
Se ranimer comme un feu qui couve sous les cendres ; renaître de ses cendres.

115
司空見慣

  Si kong jian guan

 : se charger de
 : vide
 : voir
 : habitué à
Qui se rencontre tous les jours ; qui est monnaie courante.

mercredi 25 octobre 2017

MES EXERCICES CALLIGRAPHIQUES - 51




千岩萬壑不辭勞,

   遠看方知出高。



辭勞
sans labeur
Mille rochers, dix mille ravins
Ainsi franchis sans beaucoup de mal
La cascade vue de loin
Laisse entrevoir son corps martial




mercredi 18 octobre 2017

CITATIONS DE TEXTES CLASSIQUES - 4 - 经典摘要 -


孝经 Classique de piété filiale
 仲尼居, 曾子侍。 子曰: 
先王有至德要道,以順天下,民用和睦,上下無怨。汝知之乎?


Confucius reste assis, Zeng Zi à ses côtés pour le servir.
Confucius dit : « nos anciens rois possédaient la meilleure vertu et l’importante Voie, le pays s’en trouve en bon ordre, le peuple en harmonie, pas de rancune entre le haut et le bas de la société. Sais-tu pourquoi ? »

曾子避席曰:參不敏,何足以知之?

S’éloignant du siège du maître, Zeng Zi répondit : 
«  Je ne suis pas assez intelligent, comment pourrais-je savoir ! »

dimanche 24 septembre 2017

CITATIONS DE TEXTES CLASSIQUES CHINOIS - 3 - 经典摘要


经典摘要 


千字文 Mille caractères
天地玄黃
 宇宙洪荒
日月盈昃 
晨宿列張
寒來暑往
秋收冬藏
閏余成歲
律呂調陽

La Ciel noir, la terre jaune, l’univers vaste et désert.
Le soleil s’incline à l’ouest, la lune tantôt pleine tantôt en croissant
Les étoiles sont constellées dans les cieux .
Le froid arrive tandis que la chaleur s’en va.
On récolte en  automne, on stocke en hiver.
Les jours s’accumulent formant l’année.
L’instrument lulu* sert à harmoniser le yin et le yang


*律呂 lǜlǚ  instrument ancien a douze tubes de bambou.  

dimanche 10 septembre 2017

PROVERBES 106 À 110


106
sài wēng shī mǎ  ān zhī fēi fú

塞翁失马  
           安知非福                                              
 : la frontière

 : le vieillard ; le vieux compère

 : perdre

 : le cheval

 : comment ; pourquoi

 : savoir

 : ne pas

 : le bonheur
 Le vieux compère à la frontière a perdu son cheval, mais qui sait si ce n’est pas un bien ?   Cheval perdu porte bonheur ; A quelque chose malheur est bon.
Note : Dans l’ancien livre « Huainanzi » ( «淮南子 » ) du 2e siècle av. J.-C., un comte nous dit ceci : un vieillard vivant près de la frontière perdit un jour son cheval, il se sentait malheureux. Quelques mois plus tard, l’animal revint ramenant avec lui un coursier, le vieillard se sentait alors heureux. On interprète souvent ce fait comme «  A quelque chose le malheur est bon ».  Par extension ce proverbe signifie aussi qu’une mauvaise chose peut parfois se changer en une bonne.


107

shān yǔ yù lái fēng mǎn lóu


山雨欲来

风满楼
 : la montagne
 : la pluie
 : vouloir ; l’envie
 : venir
 : le vent
 : rempli de ; plein de
 : le bâtiment ; le pavillon
Le vent qui envahit le pavillon annonce une tempête dans la montagne ;  A l’approche de la tempête, le vent envahit le pavillon.
Note : Il s’agit là d’un vers du poète Xu Hun ( 许浑 ) de la dynastie des Tang ( 唐朝) qui se dit des signes avant -coureurs précédant un grand événement ou présageant une lutte acharnée qui va se dérouler.
108

shì wài táo yuán


世外桃源

 : le monde

 : dehors

 : la pêche ; le pêcher
 : la source
Le Pays de Pêchers en fleurs ; paradis terrestre ; retraite utopique ; Eldorado.
Note : Poète de la dynastie des Jin de l’Est (东晋 ), Tao Yuanming ( 陶渊明, 365-427) se lassait de sa vie de fonctionnaire à la capitale impériale et se retira définitivement dans sa hutte construite par lui près d’un cours d’eau éloigné du monde extérieur. Il y composa de nombreux poèmes sur la méditation et sur les délices du silence. Dans son célèbre conte intitulé « Aux sources des fleurs de pêchers »  « 桃花源记 », il créa un monde imaginaire et détaché de toutes luttes réelles et de tous  soucis quotidiens.

109
shì hòu zhū gé liàng
事后诸葛
 : les affaires ; les choses

 : après ; plus tard

 : chacun

 : le puéraire

 : brillant

C’est un Zhuge Liang d’après coup ; donner des conseils après coup ; faire l’intelligent après l’affaire.
Note Zhuge Liang  (诸葛亮, 181-234), homme d’Etat, stratège et poète de l’époque des Trois Royaumes, était réputé pour son intelligence exceptionnelle et sa sagesse hors du commun. Dans l’histoire chinoise, son nom est devenu le synonyme de l’intelligence et de la sagesse.

110

shǒu zhū dài tù


守株待兔 



 : garder ; défendre

 : la plante
 : attendre
 : le lapin


Rester assis près d’une souche en attendant qu’un lièvre vienne s’y heurter ; attendre que les alouettes vous tombent toutes rôties dans la bouche ; vouloir gagner sans se donner de la peine.
Note : D’après une fable de Han Fei ( 韩非 , environ 280-233 av. J.-C.), un habitant de la principauté de Song (宋国 ), qui travaillait dans le champ, vit un lièvre qui alla donner contre une souche et s’y rompit le cou. Il ramassa le gibier et, à partir de ce jour, il se rendit chaque jour dans ce champ et restait près de la souche, attendant qu’un deuxième lièvre vint s’y rompre le cou.